4 juillet 2018 0 Commentaire

poeme 3

A ce Printemps perdu où nous nous sommes aimés au bord de la rivière un jour du mois de Mai A ce Printemps perdu où l’on sent le bonheur quitter cette espérance qu’on laisse et ne voit plus A ce Printemps perdu et à la renaissance d’une passion si belle Vie qui n’existe plus A ce Printemps perdu et aux charmants oiseaux et à ces chants d’idylles belles, mises à nu A ce Printemps perdu Comme un beau violon aux cordes abimées Qu’on n’entendra plus jamais A ce Printemps perdu et à ces vieilles pierres un jour au coeur des vignes qui ne seront plus là

Laisser un commentaire

carabobolivar.unblog.fr |
La Coherence Incongrue |
Carassius Auratus |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Leslivresdejandem
| Sur les pas de Lisaya
| Mescoupsdecoeurdeguimauve