5 juillet 2018 0 Commentaire

poeme 141

Dans ma vie j’ai sombré, je suis allé droit dans un mur. J’ai pas su faire face au différent obstacles. Une voix m’a parler, une main venant me touché. Je me suis retourné, je t’ai aperçu, toi. Toi qui a su à présent me reprendre en main, je t’aime et sa c’est que le début. Ensemble on franchira tous ces obstacles et on n’avancera. Merci d’être là pour m’épaulé.

Laisser un commentaire

carabobolivar.unblog.fr |
La Coherence Incongrue |
Carassius Auratus |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Leslivresdejandem
| Mescoupsdecoeurdeguimauve
| Livres2imaginaire17marottemp