5 juillet 2018 0 Commentaire

poeme 143

Ce manque de toi ne me réchauffe pas le coeur. Mais je sais que quelque part au loin, la haut, il y’a ce vide en moi qui me surveille et qui réchauffe mon cœur. Ces larmes qui tombent c’est pour toi. Mes pensées envers toi sont présents chaque instants. Tu me manque avec ce cœur brisé je te le dis je t’aimerai à l’infini.

Laisser un commentaire

carabobolivar.unblog.fr |
La Coherence Incongrue |
Carassius Auratus |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Leslivresdejandem
| Mescoupsdecoeurdeguimauve
| Livres2imaginaire17marottemp