5 juillet 2018 0 Commentaire

poeme 145

Bouleversé au milieu du chemin, sentir les feuilles tombante à côté de soi. Perdu dans nos pensées, on peut pu imaginé. Un trou noir ce forme autour de soi, comme un coups reçu dans l’âme. Nos esprits sont vident, on ne sais pu où allés. Remettez vous en question, est dites vous que n’importe quel chemin que vous emprunter, sera le bon car c’est votre destin qui la choisit.

Laisser un commentaire

carabobolivar.unblog.fr |
La Coherence Incongrue |
Carassius Auratus |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Leslivresdejandem
| Mescoupsdecoeurdeguimauve
| Livres2imaginaire17marottemp