5 juillet 2018 0 Commentaire

poeme 147

Je tadore trop, tu me manques.Comme une étoile qui sourit au beau rayon de
soleil qui éclaire la vie, c’est trop beau. Je t’aimerais, jusqu’aux étoiles qui brillent!
Mon coeur pour toi est un souffle. Pour moi lorsque tu te sens mal sache que j’ai mal au cœur.Je donnerais n’importe quoi, tout l’amour que j’ai en moi pour te retrouver. Tu es le seul en qui je crois

Laisser un commentaire

carabobolivar.unblog.fr |
La Coherence Incongrue |
Carassius Auratus |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Leslivresdejandem
| Mescoupsdecoeurdeguimauve
| Livres2imaginaire17marottemp