5 juillet 2018 0 Commentaire

poeme 149

La fraîcheur du matin, le chant des oiseaux, le soleil qui se lève et les rayons qui passe à travers les rideaux. Ton visage qui s’éclairent avec ces rayons, tu embellis ma journée. Un bisous du matin, pour diminuer mon chagrin. De ne pas être contre toi, blottie dans tes bras. Mais des milliers de baisers. Que j’aimerai que ça dure encore.

Laisser un commentaire

carabobolivar.unblog.fr |
La Coherence Incongrue |
Carassius Auratus |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Leslivresdejandem
| Mescoupsdecoeurdeguimauve
| Livres2imaginaire17marottemp