5 juillet 2018 0 Commentaire

poeme 157

Aux anges partit trop tôt!!!
La maladie certe t’a emporté j’ai versée des larmes et j’en verserai encore. À travers les nuages je te vois, ta voix me résonne dans ma tête comme si tu étais présente. Tu es parti si tôt, mais de là haut, tu veilles sur nous comme tu la toujours fait. Mes douleurs, mes peines et mes joies je l’ai partagé avec toi. La vie continue, on me soutiens comme ils peuvent, mais dans mon cœur, dans la tête tu es gravé à jamais. Alors petit ange prends ce poème, envole toi, va déposer ce poèmes et dis lui que je l’aimerais toujours.

Laisser un commentaire

carabobolivar.unblog.fr |
La Coherence Incongrue |
Carassius Auratus |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Leslivresdejandem
| Mescoupsdecoeurdeguimauve
| Livres2imaginaire17marottemp